ELIZA ET SES MONSTRES ♦ FRANCESCA ZAPPIA



Eliza et ses monstres
de Francesca Zappia

Genres : Young Adult, Contemporain
Mon édition : Robert Laffont (Collection R)
400 pages




Résumé : « Dans la vie de tous les jours, Eliza Mirk est une fille timide, intelligente, un peu étrange et… qui n’a pas d’amis.
Dans sa vie en ligne, Eliza est Lady Constellation, créatrice anonyme de La Mer Infernale, un webcomic extrêmement populaire. Avec des millions de followers et de fans à travers le monde, son alter-ego est une véritable star. Sauf qu’Eliza ne peut s’imaginer aimer le monde réel plus qu’elle n’aime sa communauté numérique.
Puis, un jour, Wallace Warland arrive dans son lycée et Eliza va vite se demander si la vie ne mérite pas d’être vécue hors-ligne.
Lorsque la double vie d’Eliza est accidentellement étalée au grand jour, tout ce qu’elle a construit menace de tomber en miettes. »

♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Mon avis :
Ce roman est l’histoire d’Eliza, une jeune adolescente de 17 ans qui est au tout début de son année de terminale. Elle est une jeune fille discrète, qui aime être invisible, n’a pas d’amis dans son lycée et ne ressent pas le besoin d’en avoir. Mais elle a un secret : elle est Lady Constellation, l’autrice de la BD la plus lu de tous les temps sur Internet. Depuis deux ans qu’elle publie chaque semaine quelques pages, sa fanbase s’est composée de plusieurs millions de lecteurs réguliers.

L’histoire commence lorsqu’un jour d’octobre, un nouvel élève, Wallace, débarque dans sa classe. Il semble aussi étrange qu’elle, et elle découvre un jour que c’est un fan de sa BD, La Mer Infernale. Mais pas n’importe quel fan : le plus connu des auteurs de fanfictions sur sa BD. Elle sait qui il est, mais lui ignore qu’elle est Lady Constellation.
Lady Constellation est une déesse qui crée les courants de son propre monde. Eliza n'est qu'un petit poisson emporté par ces mêmes courants, incapable même de voir où ils mènent...
Je n’avais pas prévu de lire ce livre hier soir, et pourtant, à peine commencé, je me suis rendue compte que c’était exactement ce dont j’avais besoin en ce moment. Eliza est une jeune fille pleine de doutes, d’angoisses, qui ne souhaite qu’une chose : vivre de sa BD. C’est d’ailleurs déjà ce qu’elle fait, mais souhaite réellement vivre de sa passion pour le reste de sa vie. Ses parents ne semblent pas comprendre l’ampleur du phénomène qu’est devenu son hobbie pour le dessin, et elle se sent de plus en plus seule, au sein de sa propre maison.
Les choses auxquelles on tient le plus sont celles qui laissent les plus grands trous.
Wallace va tout remettre en question. Il est un fan absolu de la BD, et n’hésite pas à partager son travail avec elle. Ce jeune homme, par sa simple présence, va redonner l’envie à Eliza de croire en l’amitié, en la vie en dehors de sa BD.
Tu m’as trouvé dans une constellation.
Eliza est un personnage très crédible du fait de ses défauts, défauts que beaucoup d’adolescents ont : être obnubilé par quelque chose au point de faire passer sa famille après, se sentir incompris en permanence, vivre mal sa scolarité. Ce sont des choses qui font écho en chacun de nous, au moins un petit peu. “Eliza et ses Monstres” est une histoire tout en simplicité, mais particulièrement efficace. Elle nous rappelle que nous ne sommes jamais seuls.
Il y a des monstres dans la mer.
Le seul bémol que je trouve à ce roman, c’est sa ressemblance avec Fangirl. J’ai peur que les futurs livres du genre finissent par tous reprendre le schéma : une fille est célèbre en ligne pour ses fanfictions / ses dessins / sa BD, et elle ne découvre la vie en dehors d’Internet et de son art que grâce à un garçon. Ce serait dommage que d’aussi bons romans finissent noyés dans la masse, parce que tout le monde finit par faire la même histoire, à une nuance près.

Je ne connaissais pas la plume de Francesca Zappia, et j’ai très envie de lire son roman “Je t’ai rêvé”. J’ai vraiment accroché à son écriture, à son humour, à ses descriptions. Elle sait faire passer l’émotion, et je l’avoue, dans les derniers chapitres, j’ai versé ma petite larme. Une autrice que je recommande à 100% !
La Mer Infernale est à moi.
Je l'ai créée, et non l'inverse.
Ce n'est pas un parasite, ni une obligation, ni un destin.
C'est un monstre.
C'est le mien.
Et une hache de guerre l'attend.
L’objet livre est juste fantastique en lui-même. Des pages de la BD et de la novélisation de la BD sont disséminées çà et là entre deux chapitres, pour nous permettre de mettre un visage sur les personnages créés par Eliza. C’était vraiment très intéressant, et là encore ça m’a rappelé Fangirl avec les incursions d’extraits de Carry On, des autres fanfiction de Cassie et des histoires originales de Simon Snow.

En conclusion : Preeeeeeeesque un coup de cœur ! Vraiment ce n’est pas passé loin, mais c’est un bon cinq étoiles. Je recommande cette histoire à tout le monde, ne serait-ce que pour comprendre le monde dans lequel nous vivons. Ce que l’on montre de nous ne veut pas dire que c’est ce que nous sommes, et Eliza et Wallace le montrent très bien.

Ma note : ★★★★★


Prochaine lecture : Une braise sous la cendre #1, Magnus Chase #3, Throne of Glass #2 (VO)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

LES BELLES (LES BELLES #1) ♦ DHONIELLE CLAYTON

DANS QUEL ORDRE LIRE LES RICK RIORDAN ?

CHILDREN OF BLOOD AND BONE (LEGACY OF ORÏSHA #1) ♦ TOMI ADEYEMI (VO)